Aller au contenu principal

Cohabiter avec des castors peut engendrer des conflits de voisinage

Au vu des effets bénéfiques des activités des castors pour la biodiversité, la régulation hydrologique et la qualité de nos eaux, on aurait bien envie de leur laisser totale liberté. Mais leurs activités peuvent aussi être perçues de manière négative ou même entrer en conflit avec les activités humaines.

Ces conflits peuvent avoir un caractère subjectif, car les hommes supportent difficilement d’être contrariés dans leurs plans de maîtrise de la nature. Pourtant, moyennant un dialogue pacifique et quelques suggestions de mesures préventives ou de protection, la cohabitation avec les castors est dans la toute grande majorité des cas tout à fait possible.

Les coupes d’arbres et les inondations constituent la grande majorité des désagréments, et sont en général limitées à une distance de 20 ou 30 mètres des cours d’eau.

Quand c'est possible, il est donc indiqué de laisser aux castors un cordon boisé d'une telle largeur de 10, 20 ou même 30 mètres, où ils pourront vivre et se nourrir librement. Sinon, il existe heureusement de bonnes solutions pour une majorité des situations difficiles 🙂.

La philosophie qui sous-tend l'action du GT castors

1. Aimer la nature, vouloir la protéger, c'est d’abord admettre qu’un équilibre doit être trouvé entre le recours à des mesures limitant les dérangements et un niveau raisonnable de tolérance de notre part. 

2. La cohabitation des humains et des castors doit être gérée, elle n'est pas toujours immédiate mais la plupart des difficultés sont gérables avec un minimum d'efforts et à peu de frais.

3. Quand un site favorable est colonisé par le castor, il restera occupé à très long terme. Les mesures à prendre pour faciliter la cohabitation s’amortiront donc sur de nombreuses années.

4. Cependant, là où les solutions ne peuvent fonctionner, quand cela se justifie, le DNF peut accorder une dérogation.

5. La protection du castor doit être maintenue, sinon les destructions et éradications qui sont souvent perçues à tort comme une solution de facilité, menaceront le maintien de l'espèce et de ses apports positifs.

Un cordon de 10, 20 ou 30 mètres le long de l'eau, pour éviter les conflits

Les coupes d’arbres et les inondations constituent la grande majorité des conflits de cohabitation, et elles sont très généralement limitées à une distance de 20 ou 30 mètres des étangs et cours d’eau.

Une zone de 10, 20 ou 30 mètres de large suffit donc déjà pour éviter presque tous les conflits et si le castor a besoin de ces espaces riverains pour pouvoir coëxister sans conflit avec nous, nous en avons aussi besoin car c’est là que les impacts de son action sur la biodiversité et sur l’écoulement et la qualité de l’eau peuvent apparaître.

Malheureusement, il n’est pas toujours possible de laisser aux castors un tel cordon boisé pour vivre et se nourrir librement. Alors, que faire ? Apprendre à faire preuve à la fois de flexibilité et de capacité à gérer la cohabitation.

Comment protéger les arbres de valeur ? Photo : Jérémie Guyon.

En savoir plus

Sur de nombreux étangs et cours d'eau, des solutions existent pour gérer la hauteur d'eau créée par un barrage. Photo : Luc Humblet.

En savoir plus

En général, il vaut mieux empêcher les castors d'obstruer un moine ou un pertuis. Photo : Herbert Meyer.

En savoir plus
Partager sur :Email

Soutenez Natagora

La nature vous attend

Participez avec Natagora à la préservation de l’environnement en Wallonie et à Bruxelles. Et bénéficiez de tous nos avantages membres ainsi que de réductions auprès de nos partenaires.
Vous aimez la nature ? Aidez-la !

DEVENEZ MEMBREREJOIGNEZ-NOUS

Faites un don

Protégez la nature ici, près de chez vous, en permettant l'achat de réserves et en soutenant nos efforts pour leur restauration.

JE PARTICIPE