Gérer la cohabitation

Quels objectifs pour la protection du castor ?

La présence de castors n'a pas toujours que des avantages. Les coupes d’arbres et les inondations constituent d'ailleurs la grande majorité des désagréments, et sont en général limitées à une distance de 20 ou 30 mètres des cours d’eau. On voudrait donc pouvoir laisser un cordon boisé d'une telle largeur, où les castors pourraient aménager le site en toute liberté et où ils trouveraient suffisamment à manger. Mais cela n'est naturellement pas possible partout.

Alors, que faire ?

La cohabitation des humains et des castors doit être gérée, car si la protection de ceux-ci est nécessaire, elle doit raisonnablement tenir compte des objectifs de nos concitoyens. Un équilibre est nécessaire, qui permette au castor de vivre selon sa nature. Ceci nécessite que les humains montrent suffisamment de tolérance pour lui laisser cette liberté. Mais il faut aussi que des mesures soient prises pour limiter les dérangements, voire les dégâts qu'il occasionne. Défendre cet équilibre, en fonction des lieux, est l'objectif du Groupe de Travail castors.

Les arbres

Photo Fernand Wilkin

Les castors écorcent ou font tomber des arbres pour différentes raisons :

  • Pour se nourrir à la mauvaise saison : quand il n’y a plus d’herbacées, les castors adaptent leur alimentation et consomment des écorces d’arbres. Comme ils ne sont pas capables de grimper aux arbres, s’ils manquent de nourriture au sol, ils en font tomber l’un ou l’autre.
  • Pour obtenir du matériel de construction pour leurs huttes et barrages.
  • Pour amener la lumière au sol de manière notamment à favoriser la croissance des herbacées dont ils se nourrissent à la belle saison.

Ils préfèrent de loin les arbres dits tendres (saules, peupliers, bouleaux, noisetiers, …) qui sont souvent sans valeur commerciale. Ils ne touchent qu'exceptionnellement aux arbres durs (chênes, frênes, hêtres) mais pour être sûr d'éviter tout désagrément, il est néanmoins recommandé de les protéger. Ils ne consomment pas le bois des résineux, sauf au printemps les femelles gravides ou allaitantes, mais ils peuvent en utiliser pour leurs constructions.

Quelques moyens simples et peu onéreux de protection des arbres de valeur sont préconisés :

  • Placer à la base des troncs à protéger un manchon en treillis métallique (grillage à poules) de 1m de hauteur, fixé avec de petits clous cavaliers de manière à ce que les castors ne puissent le soulever .
  • Badigeonner la base des troncs jusqu’à 1m de hauteur au moyen d’un enduit répulsif agréé.
  • Placer une clôture de 80 cm de haut pour empêcher l’accès à un jardin, un verger, une plantation de jeunes arbres, … : craignant d'être acculés sans accès à l'eau, les castors ne la contourneront pas. Pour éviter qu’ils ne passent par-dessous la clôture, il faut l’enterrer d’au moins 50 cm.
  • Quand on abat ou qu’on taille un arbre, autant laisser le plus de bois possible sur place, cela évitera peut-être aux castors d’en abattre d’autres.

Les gîtes et les barrages

Photo Frédéric Raes

Lorsque des craintes, justifiées ou non, de dégâts aux habitations, chemins d’accès, routes, cultures, … apparaissent, l'intervention de spécialistes du castor est indispensable. Ceci explique la décision de Natagora de mettre en place un « réseau castors ». Si les craintes s’avèrent justifiées, si des dégâts sont probables voire déjà présents, des solutions existent en général, notamment pour limiter la hauteur d’eau. Mais la bonne installation de ces solutions demande une réelle expertise, et il est donc utile de faire appel aux spécialistes du GT castors.
Dans certains cas, la destruction du barrage peut être envisagée mais il faudra la répéter de nombreuses fois et, très souvent, les hommes se décourageront plus rapidement de la destruction que les castors de la reconstruction. On en reviendra alors aux autres solutions. En Wallonie, la loi impose de passer par le Département de la Nature et des Forêts (DNF) pour obtenir une dérogation officielle avant toute destruction de barrage.

Besoin d'aide ?

Que vous soyez une administration, communale ou autre, une entreprise ou un particulier, si vous avez besoin d'aide pour assurer une cohabitation harmonieuse avec des castors, n'hésitez pas à contacter le GT castors.

Le GT castors peut être joint par courriel à l'adresse castors(at)natagora.be ou par téléphone via le central de Natagora au  081 39 07 20

 

Natagora, association de protection de la nature, se mobilise pour préserver la biodiversité des habitats naturels en Wallonie et à Bruxelles. Pour cela, nous avons besoin de votre soutien !